Six astuces pour mieux protéger ses données sur internet

La protection des données personnelles est un enjeu de plus en plus fort dans notre vie numérique. Si des lois existent pour y contribuer, de bonnes pratiques peuvent également être adoptées par tout un chacun.

L'explosion des usages et des services proposés sur internet nous conduit à diffuser chaque jour une quantité importante de données personnelles, consciemment ou inconsciemment. Certaines de ces données peuvent être sensibles. La quasi-totalité des sites traitent les données de leurs visiteurs. Lycée connecté en fait partie : la plateforme a besoin de traiter des données dans son fonctionnement, mais celles-ci sont protégées (en savoir plus). Sur d'autres sites en revanche, les données peuvent parfois être utilisées à des fins publicitaires, voire être collectées en vue d'une exploitation et d'une revente à des utilisateurs potentiellement mal intentionnés. Fort heureusement, des gestes simples peuvent vous aider à mieux contrôler votre empreinte numérique.

1. Rester vigilants sur les données cédées

Au cours de la navigation sur internet, les sollicitations pour récolter des données sont nombreuses.

Veillez toujours à vérifier le destinataire des données cédées, et évitez les sites suspects. Certains d'entre eux, et notamment les sites illégaux, sont de véritables nids à virus. Si le site semble douteux, restez prudents, il peut s'agir d'une tentative de phishing. Cette technique consiste à imiter l'interface d'un site sécurisé pour duper les utilisateurs et récupérer leurs données.

Beaucoup de sites demandent aux utilisateurs de renseigner eux-mêmes leurs informations. Dans de nombreux cas, il est possible de ne répondre qu'à une partie des sollicitations, en choisissant par exemple de ne remplir que les champs obligatoires des formulaires. Sur les réseaux sociaux, la vigilance est de mise quant aux données que l'on choisit de partager. Les paramètres de confidentialité peuvent être réglés pour une meilleure protection.

De bonnes pratiques peuvent également être adoptées sur la boîte mail. Évitez d'ouvrir les mails suspects, et ne relayez pas de chaînes de mail qui collectent de nombreuses adresses. Grâce à l'outil Firefox Monitor, vous pouvez, en renseignant votre adresse mail, interroger la base de données pour voir si vos données ont été compromises.

2. Choisir un mot de passe sécurisé

De nombreux internautes utilisent au quotidien des mots de passe non sécurisés, qu'ils soient trop communs, trop faibles ou identiques pour l'ensemble de leurs comptes.

Il est indispensable d'éviter les mots de passe type, comme "123456" ou "motdepasse". Le mot de passe choisi doit être complexe, et répondre, pour ce faire, à quelques principes simples :

  • 12 caractères minimum, avec une alternance de lettres, de chiffres et de caractères spéciaux.
  • Aucun lien avec vous : évitez les dates de naissance, les noms de proches ou d'animaux de compagnie, et, si possible, évitez les noms communs.
  • Créez des mots de passe différents pour chaque compte.
  • Renouvelez régulièrement vos mots de passe.

Un exemple de bon mot de passe : " gHt3Eé2BdCeMaT1", un mot de passe complexe, dont on peut se souvenir grâce à la phonétique de la phrase : "J'ai acheté trois oeufs et deux BD ce matin."

3. Effectuer les mises à jour

Les mises à jour du système et des logiciels ne sont pas seulement une actualisation des fonctionnalités de vos programmes : elles permettent également de maintenir à jour leur défense contre les opérations malveillantes. En refusant de faire les mises à jour, vous entretenez les failles de sécurité qui sont exploitées par les virus et de potentiels hackers. Veillez donc à bien paramétrer vos logiciels pour qu'ils restent à jour automatiquement.

4. Bien choisir son navigateur internet

La navigateur internet est le logiciel qui vous permet d'accéder aux pages web. Chaque navigateur dispose de ses propres fonctionnalités, de ses propres caractéristiques. Par défaut, chaque périphérique dispose d'un navigateur installé, mais il est possible d'en changer. A l'heure actuelle, Google Chrome totalise plus de la moitié du trafic internet, suivi par quelques autres grands noms comme Safari (pour les produits Apple), Internet Explorer (Edge), Mozilla Firefox ou Opera.

Les critères les plus souvent pris en compte par les utilisateurs au moment du choix sont la performance, l'ergonomie ou l'esthétique de ces solutions. Les résultats sur la protection des données sont souvent moins scrutés. La plupart des navigateurs enregistrent la trace de leurs utilisateurs et collectent des données, soit pour améliorer l'expérience, soit pour les exploiter. Parmi les grands noms du secteur Mozilla Firefox se distingue : il s'agit d'un navigateur web libre et gratuit, élaboré par une fondation à but non-lucratif, qui a fait de la sécurité et de la confidentialité l'une de ses principales préoccupations. A l'inverse d'autres éditeurs, Firefox n'a, à ce jour, pas été épinglé par la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) pour des politiques de collectes de données excessives.

D'autres navigateurs spécialisés dans la protection des données utilisateur existent, comme Brave, ou URBrowser, un logiciel français. Plusieurs niveaux de confidentialité sont proposés, selon les choix de l'utilisateur.

5. Changer de moteur de recherche

Si le choix du navigateur est important, il ne fait pas tout dans la protection des données. Le choix avisé de son moteur de recherches est également crucial pour protéger ses données. L'outil de recherche Google est aujourd'hui plébiscité pour son haut niveau de performances, mais il est également critiqué pour la masse de données qu'il collecte sur ses utilisateurs.

Parmi les alternatives, on trouve le moteur de recherche français Qwant. La région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir son utilisation dans une délibération de 2018. Les créateurs de Qwant ont fait de la protection de la vie privée leur priorité : aucune donnée personnelle n'est collectée pendant les recherches.

Également engagées sur la protection des données, d'autres solutions existent, comme Lilo, un moteur de recherches qui permet à ses utilisateurs de collecter à chaque recherche des fonds à distribuer à des ONG, ou Ecosia, un moteur dont le credo est d'exploiter les revenus publicitaires générés par ses utilisateurs pour planter des arbres et ainsi compenser l'empreinte carbone du numérique.

 

6. Comprendre les cookies

Les cookies sont de petits fichiers informatiques automatiquement enregistrés lors de la navigation sur Internet. Ces traceurs peuvent avoir pour vocation d'améliorer l'expérience, en retenant des choix de langue ou des identifiants sur certains sites, mais ils peuvent aussi à retenir les informations de l'utilisateur dans un but commercial, comme pour envoyer de la publicité ciblée.

Avec le Règlement général sur la protection des données (RGPD), chaque site utilisant des cookies est désormais tenu d'obtenir le consentement de ses utilisateurs, le plus souvent via un bandeau qui s'affiche lors de la première connexion. Il est alors possible de s'informer de manière exhaustive sur les données collectées avant de donner son accord.

Il est possible de paramétrer son navigateur pour refuser les "cookies-tiers", c'est à dire ceux enregistrés par un opérateur différent de celui qui contrôle le site que vous visitez. Les cookies-tiers sont principalement utilisés à des fins commerciales. Il est également possible d'équiper son navigateur d'extensions qui permettent d'échapper aux traceurs, comme Ghostery.

Pour aller plus loin : retrouvez les conseils du gouvernement.

Crédit photo : ©Fotolia

Les partenaires

Lycées Nouvelle Aquitaine - académie de Poitiers
Lycées Nouvelle Aquitaine - académie de Limoges
Lycées Nouvelle Aquitaine - académie de Bordeaux
DRAAF